Formation. Quatre questions sur le métier de moniteur d’escalade

Être sportif, aimer défier la gravité, se dépasser, transmettre ses connaissances, savoir s’adapter à des publics très différents, voici les qualités indispensables au métier de moniteur d’escalade. Un secteur où les embauches sont nombreuses tant ce sport a la cote !

Quel enfant n’a pas eu envie d’escalader les roches, voire une falaise ? Un défi qui devient parfois une passion, ou même un métier… Le développement des équipements qui permettent de pratiquer ce sport en salle ne faiblit pas.

Quelle formation faut-il suivre ?

À bac + 2, le DEjeps (le Diplôme d’État de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) constitue la formation de référence. Il a deux mentions, Escalade et Escalade en milieux naturels.

La première vise plutôt l’entraînement et la compétition en club ; la deuxième qualifie des éducatrices et éducateurs pour les loisirs sportifs sur les grandes voies, les terrains d’aventure, les structures artificielles, les via ferrata…

Les centres de formation sont rares (calendrier sur www.sports.gouv.fr). On y accède après réussite à des tests techniques et un entretien. Il faut justifier d’une expérience d’encadrement en escalade.

L’année de formation alterne périodes de stages et cours. Au programme : méthodologie de projet, communication, pédagogie, assistance et secours, technologie…

L’autorisation d’exercer du DE est à renouveler tous les six ans. Son terrain d’action est limité à 1 500 m (d’altitude). Au-delà, il faut posséder le DE Alpinisme-guide de haute montagne préparé à l’École nationale de ski et d’alpinisme en 3 (aspirant guide) à 7 ans (www.ensm.sports.gouv.fr).

Deux autres formations permettent d’accéder à l’animation : le CQP Animateur escalade sur structure artificielle proposé par la Fédération française de la montagne et de l’escalade (www.ffme.fr), et le certificat de spécialisation Activités d’escalade accessible après certains BPjeps.

Coût des études : autour de 7 000 € en DE, avec différentes possibilités de prise en charge.

Y a-t-il beaucoup d’embauches ?

Oui, elles sont assez nombreuses. La pratique de l’escalade se démocratise et se développe sur ce qu’on appelle les structures artificielles d’escalade (SAE), qu’il s’agisse de voie ou de bloc (c’est-à-dire sans harnais ni corde). De nombreux équipements ont été créés ces dernières années : salles privées, collectivités, clubs… L’engouement pour ce sport urbain suscite des besoins en moniteurs. La croissance devrait se poursuivre, d’autant qu’en 2020, l’escalade fait son entrée aux Jeux olympiques de Tokyo…

Quel est le salaire net ?

Un moniteur d’escalade gagne entre 1 219 € (Smic) et 1 600 € net mensuel.

Quelles qualités sont requises ?

Il faut avoir une bonne condition physique. Il s’agit d’enseigner, de transmettre, un bon relationnel est donc indispensable, ainsi que de la patience. Outre la rigueur et une nécessaire sensibilité aux questions de sécurité, cela suppose d’être volontaire, dynamique, motivé. Et d’aimer la polyvalence et le travail d’équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *